Les Secrets de l'Olympe
Bienvenue sur le forum, invité !
Vous vous aventurez ici, dans cette ville, sans savoir tout de suite ce qu'il va vous arriver... À moins que vous ne soyez déjà au courant que la mythologie grecque n'est pas un mythe ?
Nous sommes toujours ouverts aux nouvelles recrues ! N'hésitez pas à vous inscrire !
Danse

Forum NC-16

Les Secrets de l'Olympe

Vous pensiez que les Dieux grecs appartenaient au passé ? Qu'ils n'étaient que légendes aussi intangibles que des rêves ?
Et si vous aviez tort ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 Qui sème le vent récolte l'Erèbe... [Privé Stavros-Erèbe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar


   
Dim 24 Jan - 18:20

Le soir tombait, la lumière était chassée par les ténèbres. J'étais bien décidé à m'amuser, de n'importe quelle manière. Mais je prévoyais surtout d'embêter les gens, mais sans forcément attirer trop l'attention sur moi. Je profitais des derniers rayons de soleil pour combler le vide sur mon visage, mettant du crayon noir sur mes yeux et du phare à paupière de la même couleur. Les gens me regardaient de haut en bas mais je m'en moquais bien, j'étais entrain de sourire une fois le maquillage mit, mit à la perfection. Il ne coulait pas, je n'avais pas un oeil plus sombre que l'autre, tout était parfait et ça, fait à l'arrache grâce aux vitres d'une voiture. Il n'y avait bien que moi pour faire ça ! Déjà que ma tenue parsemée de brillants était assez voyante, mes actes ne me rattrapait pas pour me faire discret. Mais j'aimais qu'on me regarde, peu importe si ils sont emplis d'incompréhensions ou, au contraire, d'admiration. Je remis mon crayon et mon phare à paupière dans ma poche droite de mon pantalon, là où traînait également quelques pièces rouges et des tickets de bus que j'utilisais pour passer. Évidemment, ils n'étaient plus bons depuis longtemps. Du haut de mes 21 ans je ne semblais avoir réellement grandi, mentalement comme physiquement. Mais, je m'amusais juste au fond. J'avais envie de compagnie, quelqu'un qui pourrait avoir des idées à m'offrir pour se marrer ensemble un coup. Sauf que ce n'était pas le cas, je ferai sans.

Je cessais de me regarder dans cette vitre que j'avais prise pour miroir, mon reflet laissait place à celui des passants. Je parcourais les rues de la villes, aucune destination précise en tête. J'allais savoir que faire selon l'endroit, les personnes. Une main dans ma poche gauche, je jouais avec un canif. Je l'avais toujours sur moi, pas à cause d'une quelconque paranoïa mais par habitude. Je me baladais avec sans raison, c'était juste comme ça. Je passais devant une grande maison, le jardin devant avec un grillage vert qui ne semblait pas trop solide. Le type de grillage qu'on ne pouvait escalader car ça n'était pas solide mais en même temps, ça empêchait de s'introduire aux lieux gardés. Cependant il y avait un muret, et une porte mais sûrement fermée. Dans tout les cas j'avais envie d'aller voir si il y avait des trucs intéressants dedans. Je grimpa sur le mur, le franchi sans aucun mal. Je me dirigeais vers la maison, comptant juste visiter les lieux et voler quelques trucs au passage. Un grognement me parvenait, non loin un chien se dressait devant moi. Je ne pris même pas une seconde pour avoir une idée de sa race, c'était les meilleurs gardiens : les Rottweilers. Je n'étais aucunement intimidé, tant qu'il ne bougeait pas. J'étais soit con, soit suicidaire mais je comptais toujours entrer dans cette maison. Il suffisait de s'en débarrasser.

Je reculais vers la porte, elle était belle et bien fermée de l'intérieur. C'était un bête cadenas à l'ancienne, j'ouvrais la porte avant de m'enfuir. Ma course déclencha celle du chien, je n'avais jamais couru aussi vite de ma vie. Je fus dans un espace plus vaste, moins étroit, là où il n'y avait personne par chance. Je m'élançais de nouveau dans une course après une petite seconde d'immobilité, il me rattrapait mais j'allais réatteindre la maison avant. Ce fus le cas. Je referma la porte avant de narguer le chien bêtement. Je me dirigea vers la maison, regardais par les fenêtres, il ne semblait avoir personne. Croyez-le ou non mais je comptais vraiment y entrer, n'ayant pas conscience des risques. Du moins, c'est ce que me dirait n'importe qui, le genre de personne qui se prétendent, elles, censées ! La porte était fermée à clef, j'espérais qu'elle valait vraiment la peine pour que je m'y introduise. Je saisis un pavé hors du sol avant de l'utiliser pour briser la fenêtre. Je m'introduis en l'antre dans un bond et commençant a examiné les lieux. La maison avait un style ancien, plutôt sympa et loin d'être de mauvais goûts.
Revenir en haut Aller en bas
Erèbe
Visage moqueur des Ténèbres
avatar
Messages : 165
Date d'inscription : 29/10/2014

Feuille de personnage
Autres comptes : Ganymède
Rps:

Voir le profil de l'utilisateur
   
Visage moqueur des Ténèbres
Mer 27 Jan - 17:51

Parfois, Erèbe aimait jeter un coup d'oeil à ce que devenaient ses rejetons. Lorsque ceux-ci avaient montré qu'ils pouvaient avoir un certain intérêt, en tout cas. C'était beaucoup plus rare qu'il se décide à visiter quelqu'un qui était si traumatisé qu'il passait sa vie en structure spécialisée. Du moins, les visites n'étaient pas les même. S'assurer d'une vie éternellement en Hôpital Psychiatrique, pour que ses rejetons ne soient pas un danger pour la société, après tout, c'était particulièrement généreux, non ?

Dans tous les cas, pour celui-ci, il avait attendu un peu depuis sa dernière visite. Le demi dieu était déjà un homme, à présent, et s'il n'avait rien fait qui attire particulièrement Erèbe, il jetait un coup d'oeil, de temps en temps, pour savoir si cela allait changer.

Un sourire étira les lèvres du dieu des ténèbres lorsqu'il réalisa que, ce soir, il allait à nouveau pouvoir s'amuser avec sa descendance. Peut-être aurait-il dû inviter Nyx, mais il n'avait pas envie que cela passe pour une pâle vengeance par rapport à la flopée d'enfants que la déesse lui avait fait dans le dos – au sens figuré, hélas – aussi garda-t-il l'amusement uniquement pour lui.

Intrigué, il suivit sous forme de chauve-souris les exploits de son fils, jusqu'à ce qu'il s'enferme dans la maison qu'il semblait viser. Une maison, vide, plongée dans les ténèbres ? Vraiment, le brave petit lui tendait une perche. Se transformant en ténèbres, le dieu primordial rejoignit la salle où était le brun, remuant une plante au passage. Ce ne fut qu'un froufroutement discret, à peine plus que ce qu'aurait fait un chat...

Par contre, lorsqu'il fit grincer une porte, c'était autre chose. Appuyer sur un parquet pour le faire grincer ? Un réel plaisir. Et, comble de tout, Erèbe ouvrit un robinet pour faire couler l'eau de manière sonore. Tout pour donner l'impression que quelqu'un était là, quelqu'un était réveillé. Que, justement, son manège réveille d'éventuels propriétaires n'était pas son problème : il estimait que ce serait à son fils de voir, d'aviser, de négocier. Cela faisait partie de l'amusement ! Du sien propre, en tout cas.

Mais, au bout d'un certain moment, Erèbe se sentit las de tout cela. Sans spécialement réaliser le temps qui s'était passé, qu'il soit court ou long, il se matérialisa derrière le jeune homme et lui posa la main sur l'épaule, arborant un large sourire.

"Bonjour !", claironna-t-il, avant de réaliser qu'il faisait nuit. "Ou bonsoir, plutôt, ce serait plus adapté. Très joli, le coup du chien, j'ai bien cru qu'il allait te mordre les fesses ! Par contre, pour un cambrioleur, tu es vachement voyant, niveau des vêtements. Quoi que, j'aime beaucoup. Je me demande si ça m'irait, tiens. Dans un sens, je pourrais m'arranger pour que ça m'aille, mais... Je ne sais pas, j'hésite. Enfin, on verra, qui ne tente rien n'a rien, même si c'est comme ça qu'on se retrouve avec des styles alternatifs. Tu fais quoi, d'ailleurs, ici ?"

Il n'avait pas parlé beaucoup, mais il s'arrêta comme il avait commencé, brusquement, attendant une réponse de son fils à tout cela.

_________________
tu veux jouer avec tonton Erèbe ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


   
Sam 30 Jan - 12:54

Une porte grinçait, suivit du parquet qui suivait pour jouer une mélodie inquiétante. Il y avait de la vie ici, je sursautais face à ça avant de tourner sur moi-même dans un glissement de talon. Cela ressemblait presque à un pas de danse. Au mois ça avait pour avantage de ne pas faire de bruit, mais en même temps tourner sur sois-même ne fais pas autant de bruit que de marcher. J'examinais les lieux, cherchant une éventuelle cachette. Derrière la canapé, la télévision ou, au pire des cas, sous la table. Une table basse, en bois mais ça ne marcherait jamais. De même pour le canapé, ça pourrait marcher si l'homme ne fait que passer sans faire attention. Mais ce n'était même pas certain, je me voyais mal choisir cette planque. Le mieux était derrière la TV, elle était grande et mise de façon à faire un petit trou étroit. Le meuble sur lequel elle était posée était aussi pas mal, bien grand, assez pour me cacher. Mais, je ne voulais pas risquer de me diriger vers la télé. Je marchais le plus discrètement possible étant sur mes gardes. Ma main se glissait dans une de mes poches pour saisir mon canif et le ressortir, je ne comptais tuer qui que ce soit c'était juste pour bluffer.

La prochaine fois que je compterai jouer à m'infiltrer ainsi dans les maisons je changerai de tenue, me donnerai une apparence complètement différente ! Juste histoire d'avoir la conscience tranquille, que personne ne puisse me reconnaître. Je marchais m'éloignant de ma cachette choisie pour aller dans l'autre pièce, le bruit de l'eau se montrait légèrement plus fort au fil de mon avancement. Je me retrouvais dans la cuisine, la première chose que je fis fut d'ouvrir le frigo. J'y sortis une canette de RedBull souriant. J'oubliais presque le bruit de l'eau, ça commençait à être long et me semblais étrange. Il faisait quoi à cette heure-là avec cette quantité d'eau ? Il remplissait un sceau ou... je ne sais pas. Mais l'arrêt du robinet suivit d'un plancher grinçant me refit stresser, le cœur battant je continuais tout de même à m'avancer lentement dans la maison. Je pourrai aller me précipiter vers la télévision mais si j'y allais, je savais que je n'oserai plus y sortir.

Une main se posant sur mon épaule me fit faire un grand bon, me dégageant par la même occasion du poids du membre en allant vers l'avant. Je me retournais instinctivement avec un cœur sur le point de lâcher. Peu de choses me faisaient peur mais ce peu de choses étaient souvent banales, quoi que... je ne savais pas si on pouvait caractériser mon sentiment présent par la peur. Je dirai plus que l'angoisse de me faire prendre par les propriétaires de la maison m'emplissait à stresser, et ce contact de peau contre peau ne m'avait pas fait peur, juste surpris. Les dires de l'homme étaient spéciaux, j'avais d'abord cru être devant l'homme de la maison mais si ça aurait été le cas j'aurai plutôt été chassé. Il ne ferait pas causette avec moi pour parler tantôt de mes exploits, la seconde d'après de ma tenue avant de me poser une question que je qualifierai comme normale. Enfin, quoique le contexte ne le soit pas trop.

-Je... bah enfaîte je ne sais pas trop. Au début je voulais voir si il y avait des trucs intéressants là-dedans mais il semblerait que non. Donc je ne sais pas trop pourquoi je reste ici. Enfin, je vais trouvé quelque chose à faire. Je cherche juste à m'amuser, il n'y a rien à faire de bien en ville, enfin de bien et de légal. Alors je plus dans cette maison par hasard, je pourrai peut-être la rendre moins vieillotte mais j'ai pas de bombes. Il faudrait juste qu'il y ait de la peinture dans la cave, je pourrai faire avec. Puis, remplacer leurs meubles juste pour faire chier. Quand je dis remplacer, les forcer à les remplacer. Ainsi leur maison sera un peu plus moderne...
Revenir en haut Aller en bas
Erèbe
Visage moqueur des Ténèbres
avatar
Messages : 165
Date d'inscription : 29/10/2014

Feuille de personnage
Autres comptes : Ganymède
Rps:

Voir le profil de l'utilisateur
   
Visage moqueur des Ténèbres
Mar 16 Fév - 16:11

Erèbe se délectait des réactions de son fils, le sursaut, l'incompréhension devant son flot de paroles. Rien que pour ça, il n'avait pas perdu sa soirée. Quoi que dans l'absolu, vu le nombre de soirées que le dieu avait devant et derrière lui, il n'était pas à une près, qu'il la gagne ou qu'il la perde. De toute façon, pouvait-on réellement "perdre" une soirée, comme on perdait des clefs ou des bonbons. Puis, quand on retrouvait des bonbons après un certain temps, ils collaient. Erèbe détestait avoir des bonbons collants.

Le dieu primordial fronça les sourcils, se demandant où est-ce qu’il avait entendu cette expression, et soupira brièvement, avant de raccrocher à l’instant présent, à son rejeton, qui… lui tira un immense sourire en ayant une tirade qui était, presque, digne de lui. Bon, c’était un peu trop cousu à son goût, mais c’était un bon début.

"Des bombes ? Pourquoi, c’est triste de tout faire exploser. Même si, dans l’absolu, en rajoutant des trucs dedans, ça peut balancer des confettis partout ! Et un canon à confettis, c’est vraiment quelque chose de génial. Mais bon, j’aurais peur que les confettis brûlent, dans une bombe, et du coup, ça servirait à rien de mettre plein de trucs de différentes couleurs, pour que ça soit la même à la fin."

Erèbe fit un tour sur lui-même en regardant autour de lui, avant d’attraper sa natte pour chatouiller le nez de son fils, amusé , avant de regarder les meubles. Il n’avait pas vraiment compris ce que le plus jeune entendait pas “remplacer” les meubles, et soupira.

"Mais replacer les meubles, ça peut être particulièrement mesquin, oui. Par exemple, on déplace celui-là de quelques centimètres et POUF ils se prendront le petit orteil dedans systématiquement ! Il n’y a plus qu’à frotter leurs chaussures sur le coin qui va bien, pour qu’elles soient plus fines au niveau du petit orteil.

D’ailleurs, tu savais que le petit orteil n’avait pas de nom ? En fait, il n’y a que le gros orteil, c’est un hallux, j’aime bien, il y a lux dedans. Et même si j’en suis pas encore à perdre mon latin, je trouve que ça a un côté amusant, de mettre quelque chose lié à la lumière dans des chaussures toutes noires, toutes enfermées.

Remarque, il s’appelle peut-être comme ça parce que lui, on le greffe à la place des pouces, alors que les autres… t’imagine, un touuut petit orteil à la place du pouce, pour manger avec des baguettes ?

Oh, en parlant de baguettes, on peut aussi inverser les couteaux et les grosses cuillers, dans le range-couverts. Comme ça, systématiquement, ils se tromperont, et ce sera horriblement amusant à regarder ! Et mettre les petites cuiller dans le mauvais sens, aussi. Pour tremper le manche dans la confiture."


Estimant en avoir assez dit, Erèbe fit une brève pause, avant de se souvenir que le brun avait parlé de la cave. Il tapota dans ses mains, peu soucieux du bruit qu’il pouvait faire, et sourit à nouveau.

"Mais, on peut aller à la cave, avant. ou la cave, à vins. Je crois préférer le vin au vent, et pas le vin-auvent, parce que ça ça n’existe pas encore…. on devrait peut-être l’inventer, tiens ! Tu imagine ? Du vin qui permet d’aérer aussi. Parce qu’aérer le vin, c’est utile, il paraît. Moi j’ai toujours trouvé que ça changeait le goût mais pas en bien, mais bon, après j’ai jamais compris s’il fallait parler des larmes, de la cuisse, de combien de verres fallait boire pour pouvoir sauter sa voisine… Mais, comme il n’y a pas de voisine, enfin, pas dans la pièce, la question ne se pose pas."

Avec une lourdeur exagérée, le dieu ténèbreux posa ses bras sur les épaules du plus jeune, lui offrant un large sourire.

"Alors, jolie p’tite boule disco, tu veux visiter ma cave voir si tu trouves de quoi colorer un peu toute cette maison ou on déplace les meubles ? La Nuit est à nous ! Enfin, à moi. Mais bon, par la force des choses, il faut bien que je sois prêteur, un peu. Mais je préviens, on regarde, mais on ne touche pas !"

Se demandant vaguement si un humain pouvait toucher la nuit - et avec combien de grammes dans le sang - et des grammes de quoi, d’ailleurs ? - Erèbe laissa son regard errer un instant, oubliant légèrement qu’ils s’étaient introduits illégalement dans une maison. Il ne risquait rien, lui, de toute façon...

Spoiler:
 

_________________
tu veux jouer avec tonton Erèbe ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


   
Mer 24 Fév - 14:52

"Des bombes ? Pourquoi, c’est triste de tout faire exploser. Même si, dans l’absolu, en rajoutant des trucs dedans, ça peut balancer des confettis partout ! Et un canon à confettis, c’est vraiment quelque chose de génial. Mais bon, j’aurais peur que les confettis brûlent, dans une bombe, et du coup, ça servirait à rien de mettre plein de trucs de différentes couleurs, pour que ça soit la même à la fin."

Je ne savais pas trop quoi répondre écarquillant un sourcil surpris de cette réponse, il se foutait de moi ? Mais pourtant quelque chose clochait, peut-être cet air si sûr de lui. Ces dires avaient été prononcés bien trop naturellement pour que j'y puisse y percevoir de la moquerie. Enfin, moquerie... plutôt plaisanterie. J'avais quelques fois moi-même plaisanté avec un tond trop sérieux intriguant les autres et ne les faisant pas comprendre que je plaisantais.

-Je parlais de bombes pour taguer.

J'eu tout juste eu le temps de répondre qu'il passait sur un autre sujet, abordant le cas des meubles. Proposant de les déplacés de quelques centimètres pour qu'ils se prennent les orteils dessus. Je ricanais face à cette proposition. Le dieu continuait de parler sans vraiment sembler pouvoir s'arrêter m'offrant une parenthèse sur le nom des orteils. Un nom aussitôt dit, aussitôt oublié. Peut-être parce que j'écoutais à moitié les dires de l'inconnu ? Ou alors parce que je m'en foutais ? Ça devait être un peu des deux. Il continuait parlant de mettre quelques couverts dans le mauvais sens pour qu'il se pique avec ceux-ci, ça pouvait être drôle pour un gosse de trois ans. Et encore... J'avais des doutes. J'avais plutôt envie de frapper fort, un vrai truc de salaud. Leur offrir quelque chose qui les ferait bien chier ! L'homme applaudissait, visiblement il ne réalisait pas qu'on pouvait l'entendre. Il posait ses bras sur mes épaules sans vraiment retenir son poids se qui me fit me retirer d'un pas en arrière.

Je ne prenais pas compte de ses dires parlant du vin, je m'en foutais. Je n'aimais pas le vin, enfaîte il y avait très peu d'alcool que j'aimais. À pars en vacance, je ne bois pas. L'inconnu terminait en disant que je pouvais agir, faire un choix m'offrant un large sourire auquel je répondais par un ricanement. Je tournais autour de moi avant de me diriger vers les placards de la cuisine, j'ouvrais les portes de ceux-ci y voyant des verres et des assiettes. J'allais être un peu déçu de moi mais il faisait bien trop de bruit pour que je prenne le risque de rester encore un peu. Si ça continuais les propriétaires viendraient et je devrais fuir sans avoir fait quoi que ce soit au final. Je fis tomber tout les verres et assiettes, tout éclatèrent sur le sol garnissant celui-ci. Je courais vers le frigo avant de faire de même avec la nourriture, je continuais ma course vers le salon éclatant l'ordinateur sur le sol avant de m'enfuir par la fenêtre. Je sautais le muret de pierre, par chance le cabot c'était barré. Je n'attendais pas l'inconnu n'ayant aucune idée d'où il était, peut-être derrière moi entrain de s'enfuir également ou alors il restait encore pour s'attaquer à d'autres choses ? Je n'en savais rien et tant que moi je n'étais pas vu, je m'en foutais.

Je terminais ma course dans un coin de rue, j'étais essoufflé posant ma main sur mon torse au niveau du coeur le sentant battre à toute allure. Je me courbais un peu avant de placer mes mains au dessus de mes genoux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Erèbe
Visage moqueur des Ténèbres
avatar
Messages : 165
Date d'inscription : 29/10/2014

Feuille de personnage
Autres comptes : Ganymède
Rps:

Voir le profil de l'utilisateur
   
Visage moqueur des Ténèbres
Lun 21 Mar - 23:58

Erèbe pencha la tête sur le côté devant les yeux écarquillés de son fils, nullement gêné par l’obscurité ambiente. Ca aurait été un comble, pour lui. Il eut un petit soupir déçu quand l’autre précisa qu’il parlait de bombes pour faire des dessins. C’était beaucoup moins drôle à son goût, trop rapide, trop prévisible… Il eut un lourd soupir pour le faire comprendre, sans s’attarder plus sur le sujet, ce qui signifiait pour lui sans rajouter un long monologue sur la couleur du plafond.

"C’est moins drôle..."

Aussi prit-il la peine d’expliquer longuement ce qu’il entendait par un sabotage réussi. Cela consistait en subtilement changer les choses de place, ce qui pouvait facilement agacer, parce que les gens ne s’en rendaient pas compte tout de suite. C’était le petit quelque chose qui n’allait pas sans qu’on sache quoi, la main qui se tendait vers une tasse de café qui n’était plus là, ce genre de choses qu’Erèbe affectionnait particulièrement. C’était mesquin, discret, ça pouvait presque être cruel…

Puis il s’arrêta pour admirer son fils à l’oeuvre. Une graine de chaos, en un sens. Il s’attendait à quelque chose de grand, de spectaculaire, de… Ce ne fut pas réellement ça. De la casse, brutale, violente, sans aucune délicatesse. Erèbe le regarda faire avec intérêt, déplaçant uniquement un fauteuil de quelques centimètres, et se dématérialisa pour se glisser dans son ombre lorsqu’il s’en alla pour être certain de ne pas perdre sa progéniture de vue - pour l’instant, qui pouvait prédire ce qu’il ferait dans les années à venir par rapport à celui-ci ?

Lorsque Stavros s’arrêta pour reprendre son souffle, Erèbe se rematérialisa derrière lui, se demandant si l’autre aurait noté que sa course n’avait pas fait de bruit. Ou qu’il n’était absolument pas essouflé, étant donné qu’il n’avait pas eu besoin de courir.

"Manque de finesse, tout ça.", fit-il remarquer, se penchant sur son fils. "Et maintenant, tu es tout essouflé, en plus."

Erèbe s’étira, pensif. Il y avait de la colère, en plus du chaos et des ténèbres, chez Stavros. Quelque chose qu’il tenait certainement de sa mère, et non pas de lui. Il était très rarement en colère, même s’il était bon, comme chez tous les dieux, de les éviter.


"Du coup, tu veux faire quoi maintenant ? Je te préviens, je ne vais pas te lâcher de si tôt, on passe la nuit ensemble. Si tu veux, je peux même aller me changer pour avoir des vêtements assortis ! Je suis sûr qu’on peut trouver des magasins ouverts en plein milieu de la nuit. L’urgence vestimentaire, c’est quelque chose qu’on sous-estime souvent.

Même si dans l’absolu, je préfère porter mes vêtements que les tiens, trop décorés. Je suis quelqu’un de sobre, moi, tu vois, avoir les cheveux bleus - et tu peux aller vérifier, toouuuus mes poils sont de cette couleur - ça suffit largement. Je regrette d’ailleurs que tu n’aies pas les cheveux bleus, ce serait tellement joli !

Je sais, c’est pas très naturel ici, mais bon, avec tout ça je réalise que tu ne m’as pas donné ton petit nom ! Tu peux m’appeler Tonton Erèbe, si tu veux, ou Erbert. J’aime bien Erbert, ça me fait toujours rire. J’aime bien que les gens m’appellent tonton, en fait, même quand je suis pas leur oncle. Comme ça, ils sont tout embrouillés après, et c’est assez amusant..."


Après tout, il adorait se faire passer pour le grand oncle des dieux dont il était le grand-père, à quelques degrès près. Alors pour son fils, il n’allait pas se priver non plus… En tout cas, il imaginait parfaitement le jeune homme rencontrer sa belle-mère. Le côté destructeur, plus méchant que ce qu’il faisait, aurait certainement plu à Nyx.

"Alors, Stavros, on se fait une virée en boite ? Ou peut-être que tu veux de grandes réponses su le sens de la vie ? profite tant que je suis là, c’est moi qui invite !"

Et si son fils avait utilisé un autre nom ou refusé de répondre… lui n’avait pas fait assez attention pour le retenir, ses pensées s’étant focalisées sur son épouse au mauvais moment de la conversation.

Spoiler:
 

_________________
tu veux jouer avec tonton Erèbe ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui sème le vent, récolte la tempête [Fubuki]
» Qui sème le vent récolte la tempête.[Terminé]
» [Évent été 2016] Qui sème le vent récolte la tempête | Tonnerre
» Qui sème le vent récolte la tempète.
» Qui sème le vent, récolte la tempête.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Secrets de l'Olympe :: Discussions :: Archives-