Les Secrets de l'Olympe
Bienvenue sur le forum, invité !
Vous vous aventurez ici, dans cette ville, sans savoir tout de suite ce qu'il va vous arriver... À moins que vous ne soyez déjà au courant que la mythologie grecque n'est pas un mythe ?
Nous sommes toujours ouverts aux nouvelles recrues ! N'hésitez pas à vous inscrire !
Danse

Forum NC-16

Les Secrets de l'Olympe

Vous pensiez que les Dieux grecs appartenaient au passé ? Qu'ils n'étaient que légendes aussi intangibles que des rêves ?
Et si vous aviez tort ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 La reine des Enfers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Perséphone
Equinoxe amère
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 16/11/2015

Feuille de personnage
Autres comptes : Erèbe, Ganymède, Demizeus
Rps:

Voir le profil de l'utilisateur
   
Equinoxe amère
Mar 17 Nov - 0:24

Perséphone
"Reine des Enfers"


Informations générales


Âge :  De nombreux millénaires
Groupe : Rebelles
Race : Dieu
Espèce : /
Parent Divin : Zeus et Déméter
Rang Personnalisé :
Code:
<font color=thistle>Equinoxe amère</font>

Arme : /

Pouvoirs : Intimement liée à la vie et la mort, du moment que l’équilibre est gardé, je peux influer sur l’état de quelqu’un, drainer la vie qui palpite en lui ou, au contraire, lui faire retrouver l’énergie et la vigueur d’une prime jeunesse.


Description mentale

"T’ai-je demandé ton avis ?"

On pourrait penser que j’ai une personalité changeante, en fonction du rôle que je me vois obligée d’enfiler. Cependant, il n’en est rien. Certainement exacerbè-je certains traits de caractère en fonction du lieu où je suis, mais soyons réalistes : mis à par mon époux, nous le faisons tous.
Lorsque je suis auprès de ma mère, je me laisse gagner par mon innocence de jeune fille, la douceur de l’été. Certainement parce que les séjours à ses côtés me laissent désoeuvrée, je me radoucis, j’ai tendance à apprécier les petits plaisirs simples tels que la chaleur sur ma peau ou le sourire d’un éphèbe. Il m’arrive d’aller sur terre, d’apprécier les simples joies des mortels. Mais il suffit de peu pour que mon humeur se gâte. Après tout, cette mère radieuse dont l’enfant est en pleine santé, quelle sera son expression lorsque celui-ci s’affaiblira sans qu’elle le comprenne ? Peut-être même m’a-t-il assez plu pour que je décide qu’il doive rejoindre le royaume de mon époux. S’il est rare que j’utilise mes pouvoirs sous le coup de la jalousie, il n’en est pas moins, après tout, que je ne peux rester en déséquilibre trop longtemps, et une mort compensera de quelques regains de santé miraculeux.
Auprès de mon époux, je me montre plus dure, inflexible, certainement pour compenser son impassible expression. Plus passionnée, aussi, en bien comme en mal, et certains diraient plus cruelle. Je dirais que c’est avoir un rôle, autre que tenir compagnie à ma mère, qui m’éveille et m’anime… Si mes avis sont toujours tranchés, je n’hésite pas, dans mon domaine, à les faire connaître et les revendiquer.
Il y a cependant des choses qui ne varient pas. L’amertume que je ressens lorsque je remarque qu’encore une fois Hadès n’est pas venu me voir, alors qu’il lui serait si simple de venir sur l’Olympe lorsque nous sommes séparés. L’amour que je ressens pour lui, me poussant parfois à la jalousie, l’envie que j’ai d’être à ses côtés et à le voir à nouveau comme lors de nos balbutiements. La colère que je peux ressentir lorsque l’on m’appelle “Korè”, me rappelant ainsi que je n’ai jamais porté d’enfant…


Description physique

"Au rythme des saisons"


Il paraît que ma beauté est assez saisissante pour qu’Hadès, à une époque où les choses et les êtres pouvaient encore l’intéresser, souhaite se rapprocher de moi. Assez pour m’enlever, me séquestrer. Assez pour, chose peu commune, attendre de me séduire pour me faire sienne…

Mais cessons de parler de mon époux aussi directement pour savoir ce qu’il a attiré. Au fond, si je reste persuadée que c’était pour la vie que je semble respirer, que ce soit par mon teint clair et légèrement rosé ou la blondeur de mes cheveux qui cascadaient déjà jusqu’au milieu de mon dos, ou encore mon corps souple, ma peau fine et la manière candide que j’avais de danser avec les Océanides.

Je n’ai aucun doute sur ma beauté, qu’elle passe par mes lèvres pleines, rosées, mes courbes gracieuses, sans excès ni manque. Mon regard marque la dualité de ma position, sans que ce soit disgracieux. Si mes deux yeux sont verts, l’un est sombre et l’autre clair, et je ne ressens nul besoin de corriger ce fait en usant de mes pouvoirs.

En fonction des saisons, j’utilise des ornements et des tenues reflétant mon status, même si, au fond, il s’agit surtout d’ornements de mes robes préférées, qui me donnent des airs de princesses sortie d’un conte de fée lorsque je descend sur terre. Elles sont sombres, ornées de ronces ou de fleurs noires, de minuscules crânes d’oiseaux taillés dans les perles les plus rares lorsque nous sommes au coeur de l’hiver, claires et recouvertes des fleurs les plus délicates et les plus belles, de vigne vierge et de pierres précieuses lorsque l’été réchauffe ma peau. En tous les cas, on peut dire que je suis majestueuse…

Son mon sein gauche est ce que les humains appelleraient un tatouage, bien que ça n’en soit pas un. Les marques entrelacées, en forme de rosace complexe, s’assombrissent et s’éclaircissent en fonction de l’utilisation que je fais de mon pouvoir, les répercutions étant plus que douloureuses lorsque je dépasse les limites qu’il m’impose...


Histoire

"Non merci !"

Lorsque je repense à ma vie, j’ai l’impression qu’elle ne tourne qu’autour d’une seule personne. C’est certainement ainsi, lorsque que l’on recontre quelqu’un qui change sa vie à un tel point que celle d’avant n’a plus aucun sens.

Avant Lui, j’étais les blés au soleil, le sourire de ma mère, le soleil sur ma peau dorée. Insouciante, ne pas avoir de tâche et vivre dans un perpétuel été m’allait parfaitement…

La première fois que je L’ai rencontré, Il m’a effrayé. Il était si sombre, si terne. J’étais jeune, à l’époque, j’ignorais qui Il était, ce qu’Il serait pour moi. Je m’étais rapprochée de ma mère, gênée par Son regard intense, avais tenté de faire bonne figure lorsqu’elle m’avait présenté mon oncle, et L’avais salué avec tout le respect qui Lui était dû.

Moi qui ne connaissais que le soleil et la chaleur, Il m’avait intrigué, une fois l’inquiétude et la surprise passées. Il était sombre, intriguant, bien plus tangible que tout ce qui m’entourait. J’aurais souhaité Le connaître plus, mais ma mère avait besoin de moi, et je Le sortis de mon esprit. Jusqu’à ce qu’Il m’enlève.

De nombreuses histoires ont été faites sur mon enlèvement, la peur, les grains de grenades qui me bloquèrent en Enfer. Bien sûr, certains éléments sont vrais. La peur m’avait fait crier, lorsqu’Il m’avait attiré à Lui. La peur, si intense que je n’avais jamais rien ressenti d’aussi prenant, m’avait fait sombrer dans l’inconscience. Lorsque je m’étais réveillée, j’étais sur un lit et Il me caressait la joue. Je me redressai, m’écartant de Lui par réflexe, et pourtant…

Comment aurais-je pu résister à la déclaration qu’Il me fit ? Et, puisqu’Il ne me demandait que de rester, je pouvais bien accepter… J’aurais dû m’en vouloir. J’aurais dû, certainement, demander à retrouver ma mère. Elle devait s’inquiéter…

Pourtant, à la place, je décidai d’apprendre à Le connaître. A L’apprécier, même…

Et ce qui devait arriver arriva. Lorsqu’enfin Déméter intima que je lui sois rendue, j’avais déjà consommé les Enfers, je Lui avais cédé… Et trois gouttes de sang avaient marqué mon passage à l’âge adulte, alors qu’Il m’avait fait sienne. Mortifiée, j’ai préféré dire que j’avais consommé trois grains de grenade, quand bien même Lui et moi savions que c’était faux…

Certainement Zeus ne fut pas dupe non plus, et il décida que je passerais mon temps entre les deux divinités qui se disputaient ma personne. Mon père eut-il la moindre idée du mal qu’il me fit alors ? Il devait certainement chercher à satisfaire les deux, sans songer que, peut-être, j’aurais pu avoir mon mot à dire. Certainement aurais-je dû m’exprimer, mais comment trancher ? Entre ma mère, qui je le savais mourrait de chagrin si je décidais de rester et Lui, pour qui j’avais enfin accepté d’abandonner mon enfance depuis longtemps révolue… Aucun choix n’était le bon, et peut-être celui de mon père fut le plus judicieux.

Ainsi devins-je Reine des Enfers, ainsi naquirent les saisons, ainsi s’éveillèrent mes pouvoirs. L’équinoxe, cette période de parfaite égalité qui marquait l’instant où je devais soit quitter ma mère adorée, soit Celui à qui mon coeur avait accepté d’appartenir, m’a toujours semblé le parfait reflet de mes pouvoirs.

Petit à petit, nous apprenâmes à nous connaître, Lui et moi. Comme Il l’avait souhaité. Et je souffrais, à chaque fois que je devais partir. Je savais que Lui aussi. Je L’aimais, malgré le temps qui passait, malgré Son indifférence grandissante. Ce n’était pas que moi, heureusement. Je n’aurais pas supporté cette vie, s’Il avait commencé à se désintéresser de moi. J’en souffrais, pourtant, tout comme je souffrais d’une séparation où Il ne venait jamais me voir, ou si peu…

Nos relations se dégradèrent. Du moins, certainement l’aurais-je préféré. Car j’avais beau montrer que Son changement me déplaisait, j’avais beau, par des élans de colère, l’appeler “mon oncle” et Le vouvoyer, comme lorsqu’Il était encore un étranger pour moi, rien ne semblait pouvoir troubler Son ennui.

Je Lui reprochais mon ventre qui n’avait jamais enflé, ni de son fait ni de celui d’aucun autre. Comment accepter la semence d’un autre, alors que j’aurais rêvé que le fruit de notre amour grandisse à nos côtés ? J’y voyais là un signe funeste sur notre avenir. Je me voyais règner sur un royaume désolé, avec un époux indifférent à mes côtés…

Mais ni ma fureur, ni mes promesses, ni mes larmes n’eurent d’effet sur Lui. J’acceptai de voir l’homme que j’aimais s’enfoncer dans l’immobilisme et l’ennui, sans pouvoir rien y faire. Et pourtant, j’aurais souhaité agir, j’aurais souhaité retrouver Celui pour qui j’étais aussi précieuse que le nectar qu’Il buvait.

La Rébellion présenta alors le moyen de Lui offrir ce qu’il souhaitait. Je découvris un dialogue entre deux rebelles haut placés, et… J’en profitai pour, contre l’absence de délation, négocier le royaume de mon Epoux pour moi-même. En réalité, je n’imaginais pas gérer les morts sans Lui. Je voulais, simplement, Lui offrir ce qui peut-être pourrait Lui faire retrouver un peu d’intérêt à la vie. Je voulais Lui offrir le mouvement.

Et peut-être qu’alors, je saurais faire renaître la passion et l’amour dans le regard d’Hadès...



Informations sur le Joueur


Tes pseudos : Erèbe, Ganymède, demizeus
Ton prénom  :  Alia
Ton âge  :  /
Le personnage de ton avatar et le lien vers l'image originale : Perséphone, par Zenith Omocha

Code du règlement :  Validé.
Comment as-tu trouvé le forum ? :  Bo
Comment le trouves-tu ? :  Bô
Un petit mot pour la fin ? :  Soleil cou couché !
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
♠ Dieu des Profondeurs ♠
avatar
Messages : 132
Date d'inscription : 26/03/2013

Feuille de personnage
Autres comptes : Nero, Hermès, Nyx
Rps:

Voir le profil de l'utilisateur
   
 ♠ Dieu des Profondeurs ♠
Mar 17 Nov - 0:29

Bienvenue à nouveau, ma chère.

Ta fiche est très agréable à lire, comme toujours avec toi.

Te voilà donc validée, tu peux venir siéger à mes côtés. Amuse-toi bien ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le reine des Enfers où le retour du beau temps sur Terre...
» Perséphone- La Reine des Enfers
» Entrée en territoire ennemi?!!
» Du Grand Pope aux Gémeaux: En attendant la Reine des Enfers
» Reine des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Secrets de l'Olympe :: Administration :: Présentations :: Présentations validées-