Les Secrets de l'Olympe
Bienvenue sur le forum, invité !
Vous vous aventurez ici, dans cette ville, sans savoir tout de suite ce qu'il va vous arriver... À moins que vous ne soyez déjà au courant que la mythologie grecque n'est pas un mythe ?
Nous sommes toujours ouverts aux nouvelles recrues ! N'hésitez pas à vous inscrire !
Danse

Forum NC-16

Les Secrets de l'Olympe

Vous pensiez que les Dieux grecs appartenaient au passé ? Qu'ils n'étaient que légendes aussi intangibles que des rêves ?
Et si vous aviez tort ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 ~ Zeus ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zeus
Maître des Cieux
Messages : 19
Date d'inscription : 06/11/2015

Feuille de personnage
Autres comptes : C'est compliqué. Hadès & Erèbe, c'est un compte partagé
Rps:

Voir le profil de l'utilisateur
   
Maître des Cieux
Ven 6 Nov - 22:23

Zeus
"Roi des Dieux"


Informations générales


ge : Plus que certains, moins que d'autres… Tout le monde sait quand je suis né.
Groupe : Conservateur
Race : Dieu de l'Olympe
Rang Personnalisé :
Code:
<font color=aliceblue>Maître des Cieux</font>

Arme : Mon foudre et mes éclairs.

Pouvoirs : Mes pouvoirs… Ils sont nombreux. Je suis le maître du ciel, et à ce titre, les orages, les tempêtes et les éclairs répondent à mes ordres. Contrairement à la plupart des dieux, mon pouvoir de transformation ne concerne pas que moi, et je suis également capable de métamorphoser les autres. En outre, en tant que Souverain de l'Olympe, je suis capable d'accorder une nature divine à des mortels, même si je ne m'en sers que peu souvent.


Description mentale

"Comme un ouragan, la tempête en moi a balayé le passé"

Mon trait de caractère le plus connu et le plus évoqué est, sans nul doute, la colère. Je ne suis pas quelqu'un de calme ni de patient, je le sais bien. Et mes colères sont aussi redoutées que redoutables… à part par quelques originaux qui aiment, certainement, jouer les fortes têtes. S'il est plus que facile de s'attirer mes foudres - heureusement plus souvent au sens figuré qu'au sens propre - je ne suis, heureusement, pas excessivement rancunier, et les choses iront mieux une fois mon accès de colère passé. Mais si je n'étais que colérique, je ne serais pas resté bien longtemps à la place que j'occupe actuellement.

Au moins, mon caractère fier et emporté, que certaines mauvaises langues décriront certainement comme orgueilleux et susceptible, me permet d'obtenir une certaine crédibilité par rapport à ma position. On ne dirige pas les dieux, et encore moins des dieux aussi disparates et remuants, avec des sourires. Il faut de l'autorité, donc de la fermeté, et donc une juste colère lorsque mes instructions ne sont pas suivies.

Mais il ne faut pas croire, pour autant, que je ne sois qu'une figure de l'autorité furieuse et intransigeante. J'ai beau leur crier souvent dessus, j'aime mes proches et ma famille, et, s'ils étaient menacés, je me battrais pour les défendre, comme je l'ai déjà fait plusieurs fois. Contradictoire avec certaines de mes colères dirigées contre eux ? Je l'avoue, lorsque la fureur m'emporte, je ne réfléchis plus, et il m'est arrivé de regretter les décisions que j'avais prises dans de tels moments, bien que je ne le reconnaisse quasiment pas.

L'autre qualité, ou défaut, qui me serait certainement attribué sans beaucoup de réflexion serait certainement mon caractère volage, séducteur attiré par de nombreuses conquêtes. Oui, j'aime la beauté, et je n'aime pas me restreindre. Lorsque quelqu'un me plaît, je n'hésite pas à le lui faire savoir, et à l'attirer dans mes bras. Rares sont ceux ou celles qui savent dire non au roi des dieux, après tout… Pourquoi refuser un amant comme moi ?

En outre, dans mon rôle de souverain, je m'efforce de rester juste, et je prends les décisions que j'estime préférable pour tous. Pensent-ils qu'il m'a été facile de décréter que nous ne chercherions pas à obliger les hommes à se souvenir de nous et de ce qu'ils nous doivent ? Non. Mais en les forçant à nous révérer alors qu'ils souhaitaient se tourner vers autre chose, nous nous serions conduits comme des tyrans. Ce que je ne veux pas être.


Description physique

"Un coup d'oeil sur ma personne, c'est le coup de foudre assuré !"


Il est bon de savoir que, si les sculpteurs et les peintres ont cherché à rendre hommage à ma personne, les courants de l’époque les ont beaucoup inspiré, assez pour que mes icônes ne soient plus si ressemblante que ça à ma personne.

Bien sûr, je suis toujours représenté avec les cheveux longs et une barbe, ce que j’ai. Cependant, mes cheveux aux couleurs d’un temps nuageux n’ont pas de bouclettes, ils sont raides et dépassent à peine mes épaules. Je les maintiens en arrière, ce qui dégage mon front souvent plissé, car il est rare que je ne sois pas en train de froncer les sourcils, chaque chose ayant la possibilité d’attiser ma colère.

Ma barbe, également, n’a pas le volume que lui prêtent les représentations. Bien taillée, en collier, elle prend naissance sur mes tempes en un trait régulier pour venir décorer augustement mon menton et mes joues. Elle est accompagnée d’une moustache, et tout cela dissimule un menton volontaire.

Mes pommettes saillantes viennent compléter, avec un nez droit, presque aquilin, et mes yeux - dissimulés, souvent, sous mes sourcils froncés - changent de couleur avec mon humeur, allant du bleu limpide d’un ciel dégagé au gris anthracite d’un jour d’orage. Sur Terre, j’apprécie de porter des lunettes, par coquetterie uniquement.

Pour le reste de ma stature… Je suis grand, dépassant mes deux frères sans problème, et particulièrement musclé. Au moins une chose où les représentations avaient juste. Mon apparence globale est impressionnante, et cela est accentué par le fait que je sourie peu, appréciant d’inspirer, sinon la crainte, le respect.

Et que personne ne s’avise de comparer quelqu’autre partie de mon anatomie à ces statues grecques, un coup de foudre est vite tombé !



Histoire

"Derrière le plus noir nuage se cachent souvent les pires éclairs"

Les humains ont toujours beaucoup aimé raconter mon histoire, mes aventures, et les mythes qu'ils ont conservé à mon sujet sont plus que nombreux. Tous ne sont pas intéressant, bien sûr, et je passerai sur toutes les histoires de mes ruses pour obtenir la personne qui me plaisait. Non pas que ce soit de mauvais souvenirs, bien au contraire, ce fut très agréable sur le moment. Mais intéressant à raconter pour moi ? Ce sont les mortels qui se vantent d'avoir été l'amant d'un dieu, et non pas le dieu qui porte aux nues ses aventures avec les mortels.

Surtout qu'ils sont un peu répétitifs. Certes, il y a toujours la variété de mes stratagèmes pour approcher l'élu ou l'élue du moment, mais ensuite… Ricaner devant la jalousie d'Héra et sa violence pour punir mes conquêtes ? Ce n'est pas mon genre. Je la laisse s'emporter, tempêter autant qu'elle le souhaite. Au bout du compte, malgré sa fureur, elle reviendra. Car si elle me quitte, si elle n'est plus reine des cieux, que serait-elle ?

Il y a tout de même un point positif à toutes mes aventures : les enfants qui en ont été conçus. Beaucoup ont eu à souffrir de la rancune d'Héra, bien sûr, même si certains, comme Hermès, ont su l'éviter. Mais pour les autres, je suis fier de les avoir à mes côtés. Bon, il y a aussi Ganymède qui m'est resté. Et même si parfois, à présent que la passion que j'avais pour lui s'est éteinte, je me demande ce que je peux bien en faire… Je me suis habitué à l'avoir avec moi, prêt à tout pour me plaire. Je ne regrette donc pas de lui avoir offert l'immortalité.

Heureusement, il y a également des mythes qui parlent de mon histoire en tant que telle. Des mythes que tous connaissent, du moins je l'espère. Tous ceux qui ont affaire à moi, en tout cas. La manière dont ma mère me sauva de mon père, décidé à avaler tous ses enfants pour ne pas avoir de successeur, pour ne pas se faire détrôner. Et surtout la manière dont, tous les deux, nous avons berné Cronos pour sauver mes frères et soeurs et les libérer de son ventre.

Comment étaient-ils encore en vie, et entiers, tous ? Il y a des questions auxquelles il n'y a pas de réponse satisfaisante pour les mortels. Nous, les dieux, nous ne sommes pas comme eux, et il peut se passer tant de choses qui leur semblent impossibles… Après tout, n'ai-je pas, moi-même, porté l'un de mes enfants au sein de ma cuisse, et donné naissance à ma fille préférée en me faisant fendre le crâne, après avoir avalé sa mère transformée en mouche ?

A la réflexion, sans doute s'agissait-il de notre âge d'or, en quelque sorte. Lorsque les humains nous révéraient, nous faisaient sacrifices et offrandes, comptaient sur nous pour vivre une belle vie, ou au moins éviter les catastrophes. Aucun de nous, à ma connaissance, n'avait prévu que cela change, n'avait prévu que les mortels nous délaissent, nous oublient, pour se jeter dans les bras d'une autre religion.

Ma première réaction fut la colère. Comment pouvaient-ils préférer ce dieu dépeint comme absent du monde, parfait, immuable, incompréhensible ? Avaient-ils oublié ce qu'il en coûtait de me manquer de respect ? Plus personne ne se souvenait-il de Lycaon et de ses fils, massacrés pour avoir voulu se jouer de moi ?

Pourtant… Pourtant, je ne fis rien. Je m'étais rendu compte, avec le temps qui passait, que ce n'était pas un phénomène isolé. Ce n'était pas uniquement quelques petits groupes qui nous oubliaient, nous rejetaient. Et à quoi bon faire une démonstration de force, les contraindre, par notre puissance, à nous rendre un culte qui ne serait plus sincère ?

C'est pourquoi je me décidai, avec amertume, à accepter le sort que les Moires nous avaient assigné. Je savais que, même moi, je ne pouvais aller contre votre volonté. Et j'ordonnai à tous les dieux de faire de même. Face à ceux qui protestèrent, comme Arès, je n'hésitai pas à faire acte d'autorité pour m'assurer qu'ils ne feraient pas n'importe quoi. C'était certainement le seul langage que comprenait cette brute sanguinaire…

Vivre dans l’oubli des humains demanda une certaine adaptation et, instigateur de ce changement, je me devais de donner l’exemple. Je me devais aussi de ramener mes subordonnés à l’ordre, parfois. Cela ne nous empêchait pas de remplir nos obligations, de fonctionner sans l’amour et la dévotion humaine. Cela ne nous empêchait pas de descendre dans le monde profane, simplement un peu plus dissimulés aux yeux des hommes…

De même, je n’imposais pas de nous couper de la promiscuité humaine, tant qu’ils ignoraient notre nature. Ce n’était pas nécessaire, et quand bien même des demi-dieux se questionnaient sur leur nature, cela ne pouvait que, sur le long terme, les rapprocher de nous, de la vérité. Et, pour ma part, je ne comptais pas spécialement me priver !

Le temps passa ainsi, ma vie devint des mythes, comme celle des autres dieux. Certains, moins chanceux, sombrèrent dans un oubli des plus total. Jusqu’à ce qu’Hermès annonce qu’il avait découvert une rébellion. Des dieux remettaient en cause ma place, mes décisions ! La colère qui me saisait, ce jour là, fut une des plus terribles que j’aie jamais eu, et le monde mortel trembla sous mon courroux tout comme le monde des dieux.

J’acceptai, cependant, d’entendre raison lorsqu’Athéna, Poseïdon et Hadès cherchèrent à me calmer. Je me rangeai à leur avis d’attendre, de ne rien faire, alors même que l’idée d’une rébellion contre ma personne était plus qu’injurieux. Que savoir qu’ils pervertissaient des demi-dieux pour servir leur cause me mettait hors de moi.

Il était cependant dur de savoir qu’à présent, parmi mes frères et soeurs, parmi nos descendants, peut-être même parmi ceux qui avaient trouvé assez de grâce à nos yeux pour leur octroyer une nature divine se cachaient des traitres, des parjures. J’allais devoir être vigilant. Et, lorsqu’enfin nous saurions lesquels des nôtres étaient de l’ivraie, ils allaient connaître le royaume de mon frère...

Pour l’instant, je n’ai pas encore agi contre la Rébellion. Je préfère, exceptionnellement, ne pas me précipiter pour les forcer à faire le premier pas. Ce n’est pas une manière d’agir qui me plait, celle-ci n’étant pas assez directe, mais, comme dirait mon autre frère, il faut parfois savoir attendre pour faire un bon coup de filet…



Informations sur le Joueur


Tes pseudos : Harèbe !
Ton prénom  :  L’addition donne Oznpne.
Ton âge  :  Une moyenne de 25 ans et 11 mois
Le personnage de ton avatar et le lien vers l'image originale : Mihai Mihaeroff du manga DOGS : Bullets & Carnage

Code du règlement :  Validé.
Comment as-tu trouvé le forum ? :  La faute à quelqu’un d’autre
Comment le trouves-tu ? :  Le thème est un peu sombre, non ?
Un petit mot pour la fin ? :  Il ne faut jamais, jamais me laisser écrire des bêtises :D
Revenir en haut Aller en bas
Erèbe
Visage moqueur des Ténèbres
Messages : 164
Date d'inscription : 29/10/2014

Feuille de personnage
Autres comptes : Ganymède
Rps:

Voir le profil de l'utilisateur
   
Visage moqueur des Ténèbres
Ven 6 Nov - 22:31

Bonjour, moi et pas moi !

Nous partageâmes un bref moment sans toi, et les cieux étaient bien calmes ! Cependant, bienvenue à moi et pas moi !! Enfin moi-tié pasmoi-tié, quoi.

_________________
tu veux jouer avec tonton Erèbe ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche de Zeus.
» Zeusadepharius "Zeus" West
» L'apparition de Zeus
» Hecate la déesse de la magie et surtout allié de Zeus
» OLYMPIE ET LA STATUE DE ZEUS (- 436) MERVEILLE DU MONDE ANTIQUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Secrets de l'Olympe :: Administration :: Présentations :: Présentations validées-