Les Secrets de l'Olympe
Bienvenue sur le forum, invité !
Vous vous aventurez ici, dans cette ville, sans savoir tout de suite ce qu'il va vous arriver... À moins que vous ne soyez déjà au courant que la mythologie grecque n'est pas un mythe ?
Nous sommes toujours ouverts aux nouvelles recrues ! N'hésitez pas à vous inscrire !
Danse

Forum NC-16

Les Secrets de l'Olympe

Vous pensiez que les Dieux grecs appartenaient au passé ? Qu'ils n'étaient que légendes aussi intangibles que des rêves ?
Et si vous aviez tort ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 Nyx, la Nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nyx
Une nuit pleine de folie
Messages : 34
Date d'inscription : 16/08/2015

Feuille de personnage
Autres comptes : Hadès, Hermès, Nero
Rps:

Voir le profil de l'utilisateur
   
Une nuit pleine de folie
Dim 16 Aoû - 16:34

Nyx
"Rire toute la nuit et au delà"


Informations générales


Âge :  Assez pour savoir comment s'amuser ♥
Groupe : Rebelle
Race : Déesse primordiale
Rang Personnalisé :
Code:
<font color=#ff6699>Une nuit pleine de folie</font>

Arme : Son corps, et c'est déjà plus que suffisant.

Pouvoirs : Essences nocturnes
Les différentes essences de la nuit sont enfermées dans des réceptacles, qu'elle porte généralement accrochés à ses vêtements, au niveau de la poitrine et des hanches. Lorsqu'elle ouvre l'un de ces réceptacles, elle peut se servir de l'essence en question : obscurité, vent nocturne, poussière d'étoile, lueur de la lune, divers bruits nocturnes… Cela peut ne pas sembler impressionnant, de l'extérieur, mais elle a beaucoup d'idées pour s'en servir… de manière plus ou moins utile.


Description mentale

"J'ai fait ça volontairement, par accident."

Paisible. Calme. Reposante. Froide. Mystérieuse. Tels seraient, peut-être, les adjectifs qu'un humain utiliserait pour qualifier la nuit. Tels seraient, certainement, les adjectifs qu'un humain n'utiliserait pas pour qualifier Nyx si elle était en face de lui. Quel serait l'intérêt d'être telle que tous l'imaginent ? Quel intérêt d'être elle-même si elle n'était même pas originale ? Imprévisible ?

"Dis, Erèbe, devine ce que je vais faire ? Ce que je vais dire ? Ce à quoi je pense ?"

Ce sont sans doute les phrases que la déesse prononce le plus souvent, adressées à la personne à laquelle elle parle le plus souvent. Son frère, la seule personne dans le monde qui la comprenne… presque. Car même lui ne peut prétendre réussir à la cerner, à la rendre prévisible. Peut-être est-ce simplement que lui a eu la sagesse de ne jamais essayer

Car imprévisible, Nyx l'est. Même ceux qui sont presque aussi âgés qu'elle ne peuvent espérer deviner ce qu'elle fera, aimera, pensera. Nombre de ses goûts changent du jour au lendemain, principalement lorsqu'ils sont de l'ordre du détail. Ce qui l'intéresse le matin pourra l'ennuyer mortellement le soir même, si elle a changé de centre d'intérêt.

Elle en a conscience, et en joue même. Lui poser une question sérieuse est peine perdue : elle répondra ce qui lui fait envie sur le moment, et pourra donner une version différente quelques minutes après, si cela l'amuse. Et personne n'a jamais réussi à lui faire avouer quelle était la vérité, perdue sous ces couches de récits successifs, imaginaires plus que mensongers. En effet, elle n'imagine pas réellement que quelqu'un puisse prendre ses paroles pour l'expression de la vérité, à présent que cela fait bien des millénaires qu'elle agit ainsi.

Et quand bien même elle s'en douterait, les conséquences de ses actes ne sont que des mots abstraits. L'important est de s'amuser, de rire, et tant pis si ses amusements du moment ne sont pas tout à fait consentants ou n'apprécient pas ce qui est en train de se passer. Pourtant, Nyx n'est pas réellement cruelle. Il s'agit plutôt d'un mélange d'insouciance et d'irresponsabilité qui la pousse à ne pas toujours prêter attention aux autres.

Pourtant, lorsqu'elle n'est pas au milieu d'un de ses jeux, elle peut tout aussi bien avoir envie de venir en aide à un parfait inconnu. Mais cela ne garantit absolument pas à cette personne de ne pas se retrouver, plus tard, simple jouet entre ses mains. Toutefois, la personne à laquelle elle adresse le plus volontiers ses tours, qu'ils soient bons ou mauvais, n'est autre que son frère, à qui elle n'épargne rien, hésitant aussi peu à le mettre en danger qu'hors de danger.

Heureusement, ses jeux sont en général aussi intenses que brefs, puisqu'elle ne fait jamais que ce qui l'intéresse sur le moment, et qu'un rien peut détourner son attention et la faire porter sur autre chose. Un sujet peut la tenir occupée une minute, un jour, un mois, un an… Nul ne peut le prévoir, et elle est tout aussi acharnée à poursuivre, lorsqu'elle en a envie, qu'elle laisse brusquement la même chose de côté si elle s'en lasse.

Cependant, il y a certaines choses qui perdurent au fil des siècles et des millénaires. Son attachement, passionné, excessif, parfois malsain, à son frère en est le meilleur exemple. Mais récemment, il y a autre chose qui a su éveiller un intérêt visiblement durable chez elle : la rébellion. Elle n'adhère pourtant pas, en réalité, à l'idéologie et aux motivations de la plupart des rebelles. Elle ne cherche pas à avoir davantage de pouvoir, et n'estime pas non plus que le gouvernement des Olympiens et de Zeus soit particulièrement injuste : il ne l'est pas plus que ceux qui l'ont précédé, ni que ceux, certainement, qui le suivront.

Mais elle veut que les dieux primordiaux ait un statut qui reconnaisse leur importance : ne sont-ils pas les premiers à avoir vu le jour ? Un simple statut, voilà tout ce qu'elle souhaiterait obtenir. Et si pour cela, elle doit aider les rebelles pour mettre des coups de pieds dans la fourmilière de l'Olympe, elle le fera, et avec le sourire.


Description physique

"De la dignité. Je t'en donnerai, de la dignité !"

"Erèbe ? Qu'est-ce qui est simple ou double, et de la plus belle couleur qui soit ?"

Nyx a un rire ravi lorsque son époux lui donne la bonne réponse et s'approche de lui pour lui attraper la tresse et l'amener à côté des deux dans lesquelles sont pris quasiment tous ses cheveux, à l'exception d'une mèche tombant un peu devant son visage. Elle l'explique généralement - pour les courageux lui posant la question - en disant que leur couleur bleu vif est si belle qu'elle veut pouvoir la voir sans attraper ses tresses.

De bonne humeur, la déesse attrape les mains d'Erèbe et le fait valser pour le récompenser d'avoir trouvé la réponse, allant lui murmurer à l'oreille qu'il a échappé de peu aux coups de tresses - et ce n'est pas une menace en l'air. Elle plonge ensuite son regard magenta dans celui de même couleur de son frère. De son jumeau, en somme, car, même si leur gémellité est difficile à appréhender vu leur naissance peu orthodoxe, ils se ressemblent tant qu'ils ne peuvent qu'être jumeaux.

Son visage est un peu plus fin, au niveau de la forme comme des traits, que le sien, mais elle a la même peau pâle. Leurs cheveux, également, sont semblables tant par la couleur que par la taille, et elle aime tout autant que lui jouer avec les tresses lui tombant jusqu'aux pieds - mais comme elles sont deux, elle peut s'amuser deux fois plus avec, selon ses dires. Et le sourire du dieu des ténèbres trouve un parfait reflet dans celui qui étire les lèvres de la déesse de la nuit, lorsqu'elle ne se décide pas à tirer la langue pour faire admirer le piercing qu'elle y a.

Pourtant, elle n'apprécie pas énormément les bijoux, car en dehors de celui-ci, elle n'a guère qu'un pendentif, dont elle entoure plusieurs fois la lanière autour de son cou. S'il est d'apparence semblable aux réceptacles contenant ses pouvoirs, tantôt gris, tantôt couleur bronze, il renferme un cristal auquel elle tient plus que tout : le cristal de ténèbres qu'Erèbe lui a donné alors qu'elle-même lui donnait un cristal de nuit.

Par contre, elle aime bien, régulièrement, s'occuper de décorer son corps. Au delà des vernis à ongles tirant souvent sur le bleu ou le magenta, elle passe souvent un moment à se faire des dessins sur le corps, que ce soit l'un ou l'autre de ses bras, les seins, le ventre, les jambes… Elle les couvre principalement de motifs de nuages bleus ou de réceptacles magentas, même s'il lui arrive de faire autre chose.

Malgré le pouvoir de morphisme des dieux, elle aime rester telle qu'elle est - ou tel qu'est son frère, puisqu'à part ses seins peu volumineux… Il y a pourtant, au delà des déguisements qu'elle se plait à revêtir pour aller sur Terre, une autre forme qu'elle prend de temps à autres. Celle lorsqu'elle veut avoir "sérieusement" l'air d'une déesse de la nuit.

Ses oreilles s'allongent alors en pointe, tandis que des cornes bleues sortent de sa chevelure. Cette dernière ne perd pour autant pas sa couleur, à l'exception des pointes qui se parent d'un bel orange, et des ailes de même couleur poussent dans son dos. Et le seul changement réellement sombre sont ses yeux, dont le blanc devient noir.

Pour ce qui est des vêtements, elle n'aime clairement pas être trop couverte, pas plus que la symétrie. Si elle a une nette préférence pour les couleurs tournant autour du bleu, du magenta, du noir et du blanc, il n'est pas rare que les deux côtés d'un même vêtement ne soient pas de la même couleur. Et même lorsqu'elle se rend dans le monde profane, elle ne fait que peu d'efforts pour se fondre dans la masse.


Histoire

"J'en étais où ? Ah oui, le chaos !"

"Le Chaos a commencé par faire Erèbe. Mais il a trouvé qu'il n'était pas assez fou, alors il m'a eue."

C'était ainsi que Nyx résumait généralement sa venue au monde, et l'un des rares points sur lesquels elle ne donnait pas d'innombrables versions différentes. Etait-ce pour autant la vérité ? Peut-être…

En tout cas, elle ne semblait jamais avoir eu l'idée de faire un récit de sa naissance où son frère n'occupait pas une place essentielle, proche. Quoi qu'elle explique, quoi qu'elle invente, Erèbe était toujours Erèbe, son frère, son époux, le père de certains de ses enfants. Des cinq qu'ils eurent ensemble, à l'aube des temps, Charon était peut-être son préféré, car il faisait le lien entre l'obscurité infernale des ténèbres et l'obscurité terrestre de la nuit. Mais le rôle maternel de Nyx ne se limita pas à ces cinq enfants, car elle en eut, seule, bien d'autres, trop nombreux pour être tous nommés.

L'un d'eux, pourtant, lui fit l'une des plus belles frayeurs de sa vie : Oneiros. Le lendemain de sa naissance, la déesse se rendit dans la chambre où elle avait laissé l'enfant, pour découvrir un millier de nouveaux-nés, dont chacun semblait être une facette de son fils originel, sans l'être réellement. Son cri les réveilla tous et alerta Erèbe, et parvenir à calmer tous les nouveaux-nés fut éreintant pour le couple.

Quant à savoir pourquoi Nyx avait conçu tous ces enfants seule… Même à Erèbe, elle refusa toujours de donner une unique raison. Certains jours, elle expliquait qu'elle les engendrait les soirs où son époux n'était pas là ou trop fatigué pour la contenter sexuellement. D'autres, elle prétendait que la nuit était si fertile qu'elle pouvait donner naissance à la vie avec le moindre plaisir solitaire. D'autres encore, lorsqu'elle était de mauvaise humeur, elle sifflait avec hargne que c'était pour se venger de son frère lorsqu'il l'agaçait, pour lui prouver qu'elle n'avait besoin de lui. Parfois, même, elle se contentait d'affirmer qu'elle faisait ce qu'elle voulait, et que si elle avait envie d'un enfant seule, elle le faisait, et personne n'avait rien à redire sur le sujet.

Erèbe et elle ne cherchèrent jamais à avoir de réel pouvoir, alors qu'en tant que divinités primordiales, ils auraient pu, comme le firent plus tard leurs petits-enfants Ouranos et Gaia, devenir les souverains du monde. Mais Nyx préférait jouer avec l'autorité que l'exercer, et si elle fut au comble du bonheur en apprenant leur nouvelle position, ce fut essentiellement parce qu'elle put, à partir de ce jour, s'amuser à les défier et à leur montrer que nul ne pouvait prétendre dicter sa conduite à la nuit.

Sans paraître s'émouvoir de la révolte de son arrière-petit-fils contre son petit fils, elle joua de même avec Cronos, reconnaissant sa position de la même manière qu'elle avait reconnu celle d'Ouranos : elle ne cherchait pas à les renverser ou à nier leur trône, mais elle n'acceptait pas pour autant de leur obéir. Pourtant, au fur et à mesure des âges successifs, des règnes successifs, elle aimait de moins en moins la tournure que prenaient les choses.

Si Ouranos se souvenait encore clairement de qui il était issu, si Cronos, bien que réticent, ne niait pas son statut de déesse primordiale… Les choses se dégradaient, et ce fut bien pire lorsque Zeus prit la place de son père. Ce qui réussit à ulcérer la déesse de la nuit fut le nom que lui et les siens se donnèrent. Les dieux. Tout simplement. Sans rien avec. Ils n'étaient pas les dieux quelque chose - en dehors des Olympiens, mais elle voyait cela comme un simple titre de noblesse ou une adresse, selon son humeur. Comme s'ils étaient les seuls à l'être. Comme si les Titans qu'ils avaient renversés ne l'étaient pas. Comme si Erèbe et elle n'étaient pas des  vrais dieux, alors qu'ils étaient les premiers dieux.

Si elle avait pu espérer, au début, que ce soit une manière pour eux de se rassurer et de bien asseoir leur domination, elle dut bien constater, au fil des millénaires qui s'écoulaient, que ce n'était pas le cas. Et ils eurent même le cran de laisser bon nombre d'humains croire et raconter que Gaia et Ouranos étaient les premiers dieux. Et son frère et elle ? Et leurs enfants ? Quelle place avaient-ils dans cette théogonie ? Aucune, ou si peu que cela revenait au même.

Alors, lorsqu'elle apprit, des siècles plus tard, que les humains cessaient d'adorer les Olympiens, elle n'en ressentit pas de l'indifférence, comme lors des précédents changements, mais de la satisfaction. Zeus allait-il comprendre qu'il ne devait pas oublier les racines de sa race ? Mais non, rien ne changea, et le statut des dieux primordiaux n'était toujours pas reconnu. Erèbe était d'accord avec elle et, plusieurs fois, les deux époux passèrent la nuit à imaginer ce que devrait être leur statut.

Elle eut vent de la rébellion assez tardivement. En dépit de son opinion clairement affichée, depuis bien des siècles, personne n'avait songé à aller la trouver pour la convaincre de se joindre à la révolte. Aussi apprit-elle l'existence de cette dernière au moment où Hermès la révéla à son père. Le sourire aux lèvres, elle n'eut pas la moindre hésitation avant de décider de les rejoindre, certaine, même sans en parler avec lui, que son frère en avait fait autant.


Informations sur le Joueur


Tes pseudos : Des noms plus ou moins prononçables :D Mais disons au moins Hadès, Hermès et Nero.
Ton prénom  : Un mot plus prononçable que les autres. ♥
Ton âge  : Trop pour pouvoir le compter sur les doigts de 4 mains !
Le personnage de ton avatar et le lien vers l'image originale : Jinx. Tout plein. Et kir-tat

Code du règlement :  Validé !
Comment as-tu trouvé le forum ? : Après un dur marathon de ma souris jusqu'à mes favoris è.é/
Comment le trouves-tu ? : Je veux un bisou, et je le dirai peut-être !
Un petit mot pour la fin ? : Longue vie à Frère Gmit !
Revenir en haut Aller en bas
Erèbe
Visage moqueur des Ténèbres
Messages : 164
Date d'inscription : 29/10/2014

Feuille de personnage
Autres comptes : Ganymède
Rps:

Voir le profil de l'utilisateur
   
Visage moqueur des Ténèbres
Dim 16 Aoû - 16:37

Bienvenue à toi frangine !

Bon, je regarde tout ça... Ca a l'air pas trop mal. Je te valide, mais de justesse. Parce que la signa était mignonne.

Amuse toi bien sur le forum o/

_________________
tu veux jouer avec tonton Erèbe ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Secrets de l'Olympe :: Administration :: Présentations :: Présentations validées-